Récupéré mercredi par l’Association Vénus, le chien retrouvé grâce à une véritable chaîne de solidarité sera bientôt en quête d’une nouvelle famille

“C’est épouvantable”, “c’est un acte lâche”, “condamner ainsi un animal, c’est écoeurant”. Didier Talou-Blanchard, président de l’association de protection animale, “Vénus” ne décolère pas. Mercredi après-midi, “Titi” un petit mâle croisé de Jack Russel, sans doute âgé de moins d’un an, a été confié provisoirement à son association grâce à une véritable chaîne de solidarité. “Ces élans du cœur fortifient”, confie-t-il. 

À la recherche de l’animal perdu

Mardi, une caisse de transport d’animaux a été repérée vers la rue Archimède à Mérignac. À l’intérieur se trouvait un chien apeuré. Par le bouche à oreille et les réseaux sociaux, l’information a circulé. Mais quand une jeune femme est venue vérifier sur place, le chien avait disparu et la cage était ouverte. Plusieurs personnes se sont alors lancées à la recherche de l’animal dans les rues où il aurait manqué de se faire écraser. Méfiant, il ne se laissait pas approcher. Il a fallu le coincer dans l’entrée du local de foot en salle pour le récupérer sain et sauf. Le bout de corde qu’il avait autour du cou et qui l’étranglait lui a été ôté.

S’est alors posée la question d’une famille d’accueil pour la nuit. Ses “sauveuses” se sont alors tournées vers Vénus. La véritable association Vénus, car le logo fait actuellement l’objet d’une usurpation à des fins lucratives.

Craintif, bourré de puces et affamé à son arrivée

“Il est arrivé craintif, stressé, avec des tiques et des puces, affamé, une tendance à montrer les crocs et, autour du cou, la trace d’un lien trop serré”, témoigne Didier Talou-Blanchard. “Le premier soir, on ne lui a rien demandé. “On l’a installé chez nous, avec les autres chiens, il a pu dormir et commencer à se détendre.

Jeudi le comportement de “Titi”  _l’association a gardé ce spontané prénom d’emprunt_ a changé. “Il a dormi à mes pieds, a posé sa patte sur mon genou. Je lui ai donné un bain et l’eau tiède lui a fait du bien. Il n’avait pas l’air d’avoir l’habitude qu’on s’occupe de lui comme ça”. Depuis c’est un autre “Titi”. Plus vif, notamment envers les chats et les lapins, et plus câlin. Il a d’ailleurs eu droit à une véritable séance jeudi soir. “Un animal maltraité qui s’éveille comme ça aux caresses, ça fait chaud au cœur”.

Didier Talou-Blanchard a rendez-vous ce vendredi soir chez le vétérinaire. “Il n’a pas de tatouage mais peut-être a-t-il une puce. Peut-être a-t-il été volé. Il y a un délai dit de fourrière de huit jours avant qu’il soit adoptable”